Marie Curie (1867 – 1934)

marie_curie

Marie Curie.

Marie Curie, née Maria Salomea Slowdoska, fut l’un des plus grands savants du XXe siècle. Ses travaux, ainsi que ceux de son mari Pierre, sur la radioactivité, furent sans égal. Nous tâcherons de lui rendre hommage dans cet article, en résumant sa vie, son œuvre.

Marie Curie, c’est juste la femme qui a eu 1,5 prix Nobel. Je m’explique. En 1903, elle et son mari Pierre, obtiennent une moitié de prix Nobel de physique pour leurs travaux sur la radioactivité. L’autre moitié sera accordée à Henri Becquerel. Bizarre comme concept les demis prix Nobel. Bref, donc elle obtient le prix Nobel de physique, mais également de chimie en 1911 pour ses travaux sur le polonium et le radium. Cinq ans après la mort de son mari. Alors qu’on vit une époque où la société est encore (à tort) majoritairement « phallocratique » Marie Curie se distingue par son intelligence, son intuition, bref, ses capacités en général, à appréhender la nature des choses qui l’entourent. La nature du monde.

Marie Curie naît le 7 novembre 1867 à Varsovie, dans l’actuelle Pologne. À cette époque, c’était un territoire appartenant à l’Empire Russe, dirigé par Alexandre II. Elle est la fille d’un professeur de mathématiques et de physique de noble origine, et d’une mère institutrice qu’elle perdra en 1878, à l’âge de dix ans et demi. Deux ans plus tôt, c’est sa sœur, Zofia, qui est emportée par le typhus. Son enfance est donc marquée par le deuil.

À l’âge de 24 ans, en 1891 (certaines sources parle de 1892), Marie Curie se rend à Paris, vivre chez sa sœur, et intègre la Faculté des Sciences pour y étudier la physique. Elle y fait d’ailleurs de brillantes études, avec en 1893 l’obtention de sa licence de physique (1ère de sa promotion), et en 1894, celle de mathématiques (où elle fini 2nde cette fois). En 1911, Marie verra sa candidature à l’Académie des Sciences de Paris refusée, pour seul motif qu’elle est une femme. Ça n’empêchera Marie de participer aux grandes conventions scientifiques de l’époque, comme le premier congrès Solvay de 1911.

1911_Solvay_conference

Congrès Solvay de 1911

Cinq années plus tôt, Marie perdit son époux, Pierre, dans un tragique accident, le 19 avril 1906. Au mois de novembre de la même année, elle lui succède à la chaire de la Sorbonne, devenant ainsi la première femme à occuper un tel poste universitaire.

(article en cours de rédaction)

Sources : Wikipédia, Encyclopédia Universalis 2016, CEA Sciences.

Coquifran.Passé.Présent |
Siences Histoire Informatique |
Mathiqua |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Astrocours
| Phizyquechymye
| Asservissement mental